Col de décembre, la Faucille

Pour décembre, le choix s’était donc porté sur le col de la Faucille, situé en France, mais très proche de la Suisse.

Decembre

 

Je ne l’ai pas fait au départ de Lausanne, mais au départ de Gland. Y’a tout de même un bout de Gland à Lausanne. J’ai mis mon fidèle compagnon dans le train.

Rangé dans son sac
Rangé dans son sac

Un jour, il faudra que j’écrive un billet sur les voyages en train avec le vélo.

Départ des bords du lac Léman, direction Nyon puis Divonne-les-Bains. Les vaudois et les genevois sur cette route le samedi matin, c’est peu la transhumance des gnous dans le Serengeti, tout ce joli monde partant faire les courses en France. L’ascension débute du col réellement à Gex, c’est à partir de cet endroit que la circulation est plus calme, nettement moins de voiture.

La Faucille se monte bien, pas de très grosses pentes, le bitume est en très bon état. Depuis le village de Gex, il y a 10 kilomètres de montée. À certains endroits la vue sur le lac Léman et sur le Mont-Blanc est magnifique. J’ai tenté d’en faire des photos à l’Iphone mais ça ne rendait rien. À mi-pente, il y a la Fontaine Napoléon à partir de laquelle la pente se durcit un peu.

{{fait}}
{{fait}}

Au sommet, les jambes sont là. Je me décide à partir de l’autre coté du col vers Les Rousses. Dans cette vallée jurassienne, il fait quand même super froid et je rencontre quelques plaques de glace sur la chaussée, on y va doucement.

Tenue adaptée au climat.
Tenue adaptée au climat.

Je repasse la frontière à La Cure, village frontalier qui vaut le coup d’être vu. La frontière passe au travers de certains bâtiments. Depuis La Cure, je remonte le col de Givrine, rien de sensationnel à monter de ce coté-ci, puis descente par Saint-Cergue et Arzier vers Gland et le Léman. Kilométrage total de la boucle : 84 km.

Pour décembre, le défi est donc tenu. Pour janvier, je pense avoir jeté mon dévolu sur le col de la Forclaz (entre le canton du Valais et la Haute-Savoie) là encore un col quasi-frontalier.

Avec mes petits délires de cols, je me suis mis à ranger les Alpes… sur Wikipédia. On peut maintenant visualiser sur une carte les plus grands cols des Alpes pour la France, l’Italie et la Suisse. Ca donne quelques envies de vacances, notamment dans les Dolomites.

 

Publicités

Du bon usage des licences Creatives Commons

Ayant un peu de temps, je tente de ressusciter ce blog. Pour cela, il me fallait un sujet et une victime. La victime sera Gael, le sujet : les licences Creatives Commons.

Dans mon fil Twitter, ce matin, j’ai vu une discussion entre Frédéric et Gael ; la voici. Pour résumer, Gael publie une photo sur le web, Fred la trouve utile et du coup demande ce qu’il en est quant à une possible réutilisation. Gael répond par la positive : Creative Commons

Alors oui, mais non. Résumer le droit d’auteur d’un document à c’est en Creative Commons, ça ne veut pas dire grand chose. Creative Commons est le nom d’une organisation qui gère tout un ensemble de licences. Il y a donc plusieurs type de licence dites Creative Commons. Ne pas préciser laquelle on choisit équivaut, en fait, à ne pas faire grand chose.

On peut citer par exemple le CC-Zéro qui correspond grosso modo à du domaine public. À l’inverse il y a la CC-BY-NC-ND qui oblige à citer l’auteur, la licence et interdit toute modification du document ainsi que toute réutilisation commerciale.

Dans l’idée, vous pouvez vous même composer votre licence selon vos désirs :

  • mettez toujours le CC : ça précise que c’est une licence Creatives Commons ;
  • rajoutez un by : ça oblige à vous citer comme auteur dans toutes futures réutilisations ;
  • un NC : permet d’interdire une réutilisation commerciale ;
  • un ND : permet d’interdire les modifications dans les réutilisations, on laisse mon oeuvre telle quelle ;
  • un SA : pour share alike, les oeuvres dérivées restent sous la même licence.

Vous pouvez trouver tout cela, un peu plus détaillé, sur cette page.

Pour ma part, les photos que je publie sont sous licence CC-By-SA. Cela signifie donc que vous devez me citez comme auteur et que vous devez maintenir ce que vous en faites sous la même licence. N’ayant pas précisé de NC ou ND, vous pouvez les modifier et les utiliser commercialement.

Du coup, Gael, tu fais quoi ?

Mon Tour de Romandie

Il y a parfois des contacts qu’on attend pas mais qui font sacrément plaisir.

Je suis arrivé en Suisse en 2007. Cette année là, le Tour de Romandie passait sous mes fenêtres. En tant que passionné de vélo, j’étais tout content. En dehors du deux roues, mes autres vices sont notamment Wikipédia et la photographie. Ainsi donc, lors du prologue du Tour de Romandie Fanny et moi nous nous sommes mis à prendre méthodiquement tous les coureurs. Il en a résulté plus d’une centaine de coureurs illustrés. À l’époque les photos de sportifs n’étaient pas légion sur Wikipédia. Notre shooting photo de ce jour là avait créé une certaine plus-value. Dans les mois qui suivaient, vous tombiez sur un article – de coureur cycliste – illustré, il y avait de forte chance que ce soit dans les rues de Fribourg.

Les années sont passées et j’ai continué à me déplacer sur le Tour de Romandie prendre des photos. La qualité des photos a augmenté avec le temps, heureusement d’ailleurs. La proportion de photos romandes sur Wikipédia a diminué, et c’est très bien. D’autres personnes se déplacent maintenant sur d’autres courses. Il y a par exemple Vlaam qui va régulièrement sur les courses du nord de la France et des Flandres depuis 2008 ; 4 jours de Dunkerque, Het Volk, etc.

En 5 ans de photos de vélo, on est passé de ça à
En 5 ans de photos de vélo, on est passé de ça à…
ça
ça

Donc tous les ans depuis 2007, je vais sur le Tour de Romandie. Et puis cette année, les aléas de la vie, les changements professionnels, tout cela faisait que je ne pensais pas y aller. Et puis…

Et puis, une dizaine de jours avant le début de la course David Labouré (Responsable des relations en ligne à la Radio Télévision Suisse) me contacte. Il me propose une journée sur le Tour de Romandie dans une voiture de la RTS. Je suis tombé sur le cul, j’ai du mettre 48 heures à me relever. Pour la petite histoire, nous avons une connaissance commune qui a eu la très grande gentillesse de nous mettre en contact, merci à lui.

Le samedi 27 avril me voilà donc parti avec David, Pascal, Robin et Marco pour une bien belle journée. Le chauffeur de notre voiture était Aurélien Clerc, ancien coureur cycliste professionnel. Pour le récit de la journée, je vous invite à lire Marco sur ce lien.

Malgré les conditions climatiques, vous jugerez par vous même sur la photo ci-dessous, je me suis amusé comme un gosse. J’ai vu une course pro vraiment de l’intérieur, j’ai partagé un bon moment avec des personnes très sympas. Vous pouvez trouver d’autres photos de cette journée sur votre médiathèque habituelle.

Le peloton dans le col de la Croix, malgré mon verre de blanc dans la main, la photo n'est pas trop mal cadrée.
Le peloton dans le col de la Croix, malgré mon verre de blanc dans la main, la photo n’est pas trop mal cadrée.

Bien belle journée vécue de l’intérieur. Un grand merci à tous pour cela.

Un rosier s’est éteint.

Wikipédia, pour beaucoup de personnes, c’est un site un peu impersonnel dans lequel on s’instruit sur un peu tout. On ouvre une page, on apprend un truc et on referme sans forcément se demander comment le contenu est arrivé là.

En fait, derrière ces pages, il y a des personnes qui s’investissent qui donnent de leur temps, de leur énergie et de leur bonne humeur. Parfois, les contributeurs se rencontrent et tissent des liens. Aujourd’hui nous sommes de très nombreux contributeurs à être bien tristes. Françoise, une contributrice, s’est éteinte.

Françoise avait 67 ans, dont sept passés sur Wikipédia. Elle y écrivait sous le nom de Rosier. Vous, lecteurs, avez probablement lu une partie de son travail. Nous, contributeurs, avons perdus quelqu’un de très cher.

Interviewer des utilisateurs de Wikipédia

Depuis un petit moment, j’avais cette idée en tête : interviewer des utilisateurs de Wikipédia : y comprendre des personnes n’y contribuant pas. L’idée est de leur demander comment ils utilisent cet outil, et quel regard critique ils peuvent avoir dans leurs domaines d’expertises concernant le contenu.

J’avais commencé en septembre dernier en interviewant Martin Grandjean, historien à l’Université de Lausanne et co-animateur de Pegasusdata, un observatoire des réseaux sociaux. Le manque de temps a fait que cette activité a été sévèrement freinée cet automne.

Ce début d’année me permet de relancer un peu ce projet. Voici donc une seconde interview : Frédéric Joye, un entrepreneur web.

Je vais surement faire quelques billets ici pour commenter un peu ces interviews, apporter un autre regard à leurs sujets. Et évoquer d’autres interviews de ce type.

Si vous souhaitez expliquer quelle est votre utilisation de Wikipédia, si vous souhaitez commenter son contenu au regard de votre utilisation n’hésitez pas me contacter.

De l’importance des échelles sur une photo

Après quelques semaines de pause sur ce blog, je démarre l’année en enfonçant les portes ouvertes. On est en manque d’inspiration ou on ne l’est pas.

Ainsi, comme le dit le titre de ce billet, il est souvent très important de mettre une échelle sur une photo quand la taille du sujet n’est pas d’une évidence absolue pour ceux qui verront cette photo.

Je vais vous en faire la démonstration.

Une jolie douille.
Une jolie douille.

Voilà donc une photo d’une douille, vous savez c’est le truc que l’on met dans les armes à feu. Pas forcément évident de savoir quelle taille fait l’objet.

À votre avis ? Quelle taille ?

Il va falloir descendre encore un peu plus pour avoir la réponse.

Non, non, encore.

Déjà fatigué ?

C’est bon, voilà la réponse.

La même douille avec un objet permettant d'avoir une idée de la taille.
La même douille avec un objet permettant d’avoir une idée de la taille ; une pièce de 50 centimes d’euros.

Combien d’entre vous ont imaginé que la douille faisait tout au plus quelques centimètres de long et non 30 ? N’hésitez pas à répondre à cela dans les commentaires du billet.

Et surtout, pensez mettre des échelles sur vos photos. Pour cela, il y a une méthode assez simple, rajouter à proximité de l’objet soit :

* un mettre gradué avec des distances en centimètres, mais on n’a pas toujours cela sous la main ;

* un objet que tout le monde connait (pièce de monnaie, clé de voiture, main du photographe, etc.)

Bonne année à tous.

Wikipédia, droits d’auteurs et boucherie.

Hier soir j’étais à un #taloz ; il s’agit des rencontres plus ou moins houblonnées des twittos de la région lausannoise. Un ami est venu me questionner au sujet de certaines mentions à propos de capture vidéo. Il me fait référence à crédit : Youtube qu’il voit à droite ou à gauche. On discute de droit d’auteur, du fait que Youtube comme Wikipédia ne sont que des hébergeurs de contenus. N’étant pas créateur de contenu il n’y a pas lieu de les créditer en tant que tel. De plus, ces deux plateformes citent les auteurs, il suffit juste de regarder.

Et là, pour résumer le propos, il y a eu ce très bon mot :

Donc mettre crédit Youtube ou Wikipédia c’est comme si au restaurant j’avais Provenance de la viande : boucherie du coin. 

Outre le fait qu’il s’agit à la base d’humour, cela résume tout de même très bien la problématique.