Je prends les clés du blog.

Le propriétaire de ce blog – mon principal compagnon – me laisse écrire ici ; à l’occasion d’un anniversaire passé il y a quelques jours, je prends donc la plume pour me présenter.

Je suis une charmante petite voiture, une Peugeot 106 pour être précis. Je suis née en mars 2001 à Aulnay-sous-Bois, dans une grande usine avec plein de sœurs à moi. Je dois avouer que mes premières années de vie n’ont pas été particulièrement excitantes.

J’ai d’abord eu un premier compagnon quelques temps dans la région de Lorient en Bretagne. La vie était plutôt monotone avec lui : auto, boulot, dodo ; tous les jours comme ça… Ah si, le week-end on allait ensemble au supermarché… waw ! Bref, je l’ai quitté au bout d’une petite année.

Là je suis partie vivre du coté de Quimper avec une jeune femme. Tout-à-fait, avec une femme ! On est libre de tenter les expériences que l’on veut. Cette histoire aura duré trois ans. C’était plus sympa qu’avec mon lorientais, on se promenait un peu, mais pas encore les grands voyages. Durant ces trois années, j’ai beaucoup visité la Bretagne, sans trop jamais en sortir. Et puis un jour, j’ai vu se garer une 206 devant la maison. J’ai très vite compris : je venais de me faire jeter… Ma compagne m’a proposé d’aller vivre avec son frère. On m’a expliqué que j’allais vivre plein de folles aventures avec lui. Sans trop y croire, je me suis résignée à y aller.

J’ai très vite changé d’avis. Dès notre premier voyage ensemble, il m’a fait traverser la France ; moi qui n’étais jamais sortie de Bretagne… À cette occasion, j’ai même pu rouler des mécaniques avec des grandes sœurs sur le périphériques à Paris. J’ai adoré ! À cette période on vivait dans l’est de la France.  Je voyais du pays, c’était sympa. De temps en temps, on rentrait en Bretagne, ça me permettait de me nettoyer les injecteurs et l’échappement. Et très vite, il m’a fait voir du pays ; ensemble on est allé en Allemagne plusieurs fois. Il m’a même mis dans un train un jour, mais en sortant on devait rouler à l’envers ; j’ai pas tout compris.

À cette époque, mon compagnon était étudiant, il avait un rituel avec des copains. De temps en temps, on allait visiter des abbayes en Belgique, c’était pas très loin, mais on rentrait souvent le coffre plein de bouteilles. Je n’ai jamais trop compris.

Il y a aussi eu un intermède parisien. Autant le périphérique, j’aime bien, mais la vie dans Paris c’est pas génial. On roule pas vite et il y a plein de copines plus très belles. Z’auraient bien besoin d’un lifting.

Après, on est parti vivre en Suisse. C’est un joli cadeau qu’il m’a fait là. L’hiver on s’amuse tous les deux, on va rouler dans la neige ; on glisse, on dérape. J’adoooooooore. Entre-temps, il a fallu le partager avec sa dame… Mais le bon coté des choses, c’est que ces deux là aiment se promener. Du coup, j’ai visité plein d’autres endroits : sud de la France, Italie, Benelux, etc.

Et puis, il s’est mis à un truc bizarre, ça s’appelle Wikipédia. Il m’a dit que nous avions exactement le même âge. Au début, j’étais un peu jalouse, tout ce temps passé derrière son ordinateur, ça faisait autant de temps sans moi. J’ai un peu fait la tronche. Mais très rapidement, il s’est avéré que cette activité m’a été profitable. Il s’est mis à vouloir prendre en photo plein de trucs pour Wikipédia. Du coup, nous sommes sans arrêt dans de nouveaux endroits.

Ainsi, en 2010, il m’a annoncé que nous allions partir ensemble au nord de l’Europe, pour faire un rallye photographique. Il m’a promis plein de kilomètres, de belles routes et même des pistes ! J’ai eu le droit à quelques aménagement pour l’occasion : on m’a retiré mes banquettes arrières et on m’a fait plein de rangements pour partir un mois tous les trois sur la route. Il y a aussi eu un épisode moins glorieux. Mon compagnon a eu besoin de me faire des travaux d’électricité ; un mois sur la route ça nécessite de pouvoir leur donner du 220 Volt, ce dont je n’étais pas capable, maintenant si. Néanmoins mon tableau électrique a noté que faire de l’électricité avec un copain daltonien, ce n’est pas franchement une idée lumineuse.

Mes menus aménagement pour ce rallye.

Pour ce rallye, les copains de Wikimedia ont voulu mettre des autocollants sur moi. J’ai fini par accepter, j’ai eu le droit à de gros autocollants Wikipédia et Commons (la médiathèque de Wikipédia), depuis on m’appelle la Wikimobile, parait-il. Je suis donc partie rouler au Danemark, en Suède, en Finlande et en Norvège pendant un mois. On a fait 13 500 km et beaucoup de photos. On a aussi roulé sur des pistes, ça aussi j’adore. On a pu fêter mes 200 000 km au nord du cercle polaire, j’ai plein de copines jalouses de ça.

Voilà un peu à quoi je pouvais ressembler en Norvège.
ou comme ça

En Suisse, particulièrement à Genève, y’a des copines qui sont jalouses de moi. Par là-bas j’ai beaucoup de con-soeur qui sont spécialement adaptées à rouler sur les chemins et dans la boue, mais elles n’y vont jamais. Alors quand je leur raconte ce que j’ai fait, je suis la star. D’ailleurs, de temps en temps, on va chercher des chemins forestiers et agricoles pour faire un peu de piste ça me manque.

Voilà un peu ma vie. Et bien l’autre jour, c’était mon anniversaire. J’ai passé les 250 000 km dans le Gros de Vaud, c’était moins fun que la Laponie, mais mon compagnon m’a promis un lieu sympa pour les 300 000 km.

C’était mon anniversaire.

Je suis donc une petite 106 verte et une machine à faire de la photo pour Wikipédia.

Publicités

Un samedi après-midi dans le Jura

Ce samedi nous souhaitions aller nous promener du coté du lac de Joux. Après le climat glacial de ces dernière semaines, le lac doit être bien gelé ; de beaux paysages garantis. Donc idée de base : promenade et géocaching dans la glace et la neige de la vallée de Joux.

Nous quittons Lausanne samedi midi en direction de la vallée de Joux, l’idée étant de passer par Bière et le col du Marchairuz. Après Bière, la route du col n’est pas traitée. Il y a une bonne épaisseur de neige sur la chaussée, nous y allons quand même. On fait quelques kilomètres sur la route du col dans la neige, tout se passe bien. Il y a des traces dans la neige, les roues posées dedans tout va bien. Néanmoins à un moment où la route devient plus pentue, les traces sont plus accidentées, plus bosselées. On finit par planter la voiture dans la neige, pas moyen de monter plus haut. C’est maintenant que la journée devient drôle et intéressante, si si.

Remettre la 106 sur la route

Bref, on se dit que passer dans la vallée de Joux par ce col c’est non pour aujourd’hui. On cherche donc à faire demi-tour. J’entame la manœuvre mais je plante la bagnole dans la neige en travers de la chaussée. Vogue la galère, on commence à enlever la neige derrière les roues pour finir le demi-tour et redescendre. Et là, arrive une Volvo qui – elle aussi – tente de monter le col. J’explique au conducteur que nous ne passerons pas et donc que nous tentons de faire demi-tour. Il m’aide. En 10 minutes la 106 est sur les traces dans le sens de la descente.Il a quand même fallu s’aider de la pelle présente dans le coffre de la 106. Oui j’ai une pelle dans le coffre de la voiture, la preuve en est que ça peut servir.

Remettre la Volvo sur la route

On fait quoi le samedi après-midi en Suisse ?

Le conducteur de la Volvo et ses deux passagères tentent de continuer. On parvient à se croiser tant bien que mal. Mais là, au lieu de continuer la descente, j’ai un doute. Je stoppe la voiture. Je regarde la Volvo. Et oui elle se pose au même endroit que nous, pas moyen d’aller plus haut. On sort de la voiture et nous partons gaiement aider ses braves gens à sortir de là. Nous étions cinq, on a tout essayé pour sortir la Volvo de là. On a creusé à la pelle sous la voiture, on a levé la voiture au cric pour préparer des traces sous les roues, etc. Rien n’y a fait. Je note d’ailleurs que la Volvo n’avait pas de cric, ces voitures récentes …

On a bien rigolé pendant deux heures avec ces personnes. Au bout d’un moment le monsieur a fini par appeler son assistance automobile pour un remorquage, il n’y avait plus grand chose d’autre à faire.

Bilan de la journée

On était parti pour une balade sympa dans la vallée de Joux, on a fini par passer deux heures à tenter de sortir une Volvo d’une route enneigée. On a tous bien rigolé avec des gens sympas, malgré les circonstances. On doit se revoir avec ses personnes pour aller boire un verre prochainement.

J’en conclus aussi qu’avoir du gros matériel suédois en Suisse ne signifie pas forcément ne pas avoir d’emmerdes (double sens inside).

Remorquage. Le propiétaire de la Volvo n'a pas assumé de voir sa voiture prise en remorque par ma 106. Il m'a demandé de masquer la plaque !

 

Cap au nord …

Paris Cap NordLongue inactivité sur mon blog. En fait, j’ai franchement manqué de temps. J’ai plein de sujets de billet en tête, mais un gros manque de temps. Je vais tenter de ratraper le retard.

Cette année la cabale fribourgeoise se lance dans un projet prennant et qui, on l’espère, va aboutir. L’idée est de participer au Raid Paris-Cap Nord. Il s’agit d’un raid en voiture entre Paris et le Cap Nord (et retour). Ce n’est pas une course de vitesse, le classement est effectué vis-à-vis des photos prises et de quelques billets écrits au fil des rencontres. L’idée est donc de faire 10 000 kilomètres en voiture en un mois à travers la Scandinavie et la Finlande, de voir de beaux paysages, de faire des rencontres sympas et de passer un mois de vacances plutôt original.

On va donc faire une chiée de photos, et bien sûr Wikimedia Commons en sera largement bénéficaire. Il est même très probable que je créé un projet spécifique (temporaire) sur fr.wp pour décrire le parcours et pour que les personnes concernées par cette zone géographique puissent poser des demandes de photos particulières.

Il nous reste quand même le plus dur à faire : trouver l’argent. Tout compris, le budget se monte à environ 3 500 euros. Il y a en effet l’essence, les logements (principalement camping), la nourriture, quelques trajets en bateaux et de menus travaux d’adaptation à réaliser sur la voiture avant de partir.

Je vous tiendrai au courant de l’avancement du projet ici-même.

Image : Travail réalisé à partir de : File:BlankEurope-BeforeKosovo.png sous GFDL.