Le proverbe « Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse » s’applique-t-il à Wikipédia ?

Sur Wikipédia, il existe des marronniers, tout le monde le sait. Parfois, on remarque que l’écho ambiant amplifie un marronnier (ma comparaison est franchement bancale si on ne connait pas le cri de cet arbre). Récemment, c’était au sujet des « vieux contributeurs qui s’en vont et ne sont pas remplaces par des aussi bons, euhlamondieu [1] on court a la catastrophe ». Pourquoi pas mais j’ai du mal à partager le constat et même si c’était/c’est le cas, il m’est difficile de voir en quoi ces départs sont anormaux ou s’ils sont un mal pour les individus (qui valent plus qu’un site web).

Cela fait quelques années que je suis sur le web et c’est assez fréquent qu’il existe des cycles d’activité. « Tous les jours, il y a de plus en plus de chanteurs morts » disait François Morel dans les Deschiens… C’est également vrai pour les wikipédiens qui s’en vont. Ou qui font mine de s’en aller. Car très souvent les dramaqueens hurlant partout « regardez moi, je pars en claquant la porte quatre fois de suite » pendant 48 heures sont rarement ceux qui partent pour de bon. Bref dire qu’il y a des gens qui partent, c’est enfoncer une porte ouverte. Aller plus loin, c’est de l’ordre du ressenti, de la perception et du doigt mouillé (d’où le point d’interrogation dans mon titre et non je n’ai pas la LA réponse).

Y a  t il plus de gens qui partent qu’avant ? En chiffres absolus, en pourcentage?  Pas facile à dire, sauf si on veut faire dire aux chiffres ce qu’on pense. C’est la même chose si on dit « tout va bien, il y a autant de contributeurs (très) actifs depuis des années ». Le souci c’est qu’un contributeur très actif a fait plus de 100 contributions en un mois et la distinction n’est pas faite sur la qualité de ces edits (enlever une virgule mal placée cela améliore l’encyclopédie mais je doute que cela soit un apport si irremplaçable que cela) ni sur la quantité au delà de 100 (pour le programme, un très actif à 102 edits « vaut autant » qu’un très actif à 1500 edits).

Est-ce que cette « vague » de départs est « très dommageable » pour l’encyclopédie par rapport aux arrivées?. La c’est encore plus casse gueule de tenir un raisonnement. Déjà parce que majoritairement les arrivants se moquent de ce qui s’est passé avant qu’ils ne débarquent (surtout si cela remonte « loin » en arrière, plus d’un mois par exemple). Ensuite parce que les vieux voient ce qu’ils perdent sans savoir ce qu’ils vont conserver voire « gagner ». Et puis des fois ils enjolivent souvent le passé et estiment souvent être les gardiens du temple, chaque changement étant souvent vu comme potentiellement négatif. Rassurez vous ce n’est pas propre à Wikipédia, cela doit faire 4000 ans au bas mot qu’on pense que « les jeunes de maintenant c’est plus comme de not’ temps et si ça continue comme ça, la civilisation va partir à vau l’eau ». Mais un jour les vieux ne sont plus là et on n’entend plus leurs grognements sur l’arrivée du papyrus, de l’imprimerie, de la télévision, de la musique techno, du téléphone portable ou de facebook et cela fait partie du monde (rassurez vous on peut râler sur les nouvelles inventions, modes voire les comportements des jeunes). Douglas Adams le dit mieux que moi
« Anything that is in the world when you’re born is normal and ordinary and is just a natural part of the way the world works. Anything that’s invented between when you’re fifteen and thirty-five is new and exciting and revolutionary and you can probably get a career in it. Anything invented after you’re thirty-five is against the natural order of things ».

Bref, il n’est pas sûr que l’on soit à deux doigts de la catastrophe (et que ça n’a jamais été aussi pire que maintenant) avec tous ces anciens qui s’en vont. En plus, si je regarde quelques noms de « gros contributeurs » qui sont inactifs depuis quelques temps, je ne peux pas m’empêcher de penser que pour certains, c’est leur départ qui a amélioré l’encyclopédie. Je sais, c’est être un sale élitiste que de penser cela mais je reste convaincu (en un mot) qu’un « bon » wikipédien doit avoir de la bonne volonté, conscience de ses limites avant de modifier une page et aussi écouter les conseils qu’on lui donne.

En fait là où je m’étonne de tout cet émoi (aussi fort que passager ?), c’est que, pour moi, un site web vaut moins que des individus. Le cœur du problème (si problème il y a) se situe à ce niveau à mon avis. Et franchement cela me rassure plutôt de voir que certains passent à autre chose au bout d’un certain temps. Cela me parait normal qu’on soit disposé à donner de son temps pour une activité (participer à wikipédia par exemple) pendant un temps défini de son existence. Cela peut être un mois ou une décennie mais au final tout passe tout casse tout s’efface [2]. J’aurais au contraire plus d’inquiétude pour les utilisateurs qui restent longtemps sur le site, longtemps en durée (mois voire années) et aussi en temps moyen par jour ou mois. Et je ne m’apitoierai pas sur les gens qui me rétorqueront qu’ils n’ont pas le choix de s’investir autant car il y a si peu de gens que sans eux ce sera [3] le chaos. Franchement tenir ce raisonnement quand on est bénévole sur un site web, c’est surtout préférer se faire du mal, se faire passer pour une victime ou vouloir se croire plus important/irremplaçable qu’on est. D’où mon coté très détaché vis à vis de wikipédia, le devoir ne m’appelle plus. Si vraiment ce supposé nouveau chaos est si gênant que cela, y a qu’à cliquer sur la croix en haut à droite du navigateur. Si cela vous dérange encore autant une fois que c’est fermé, le souci est sans doute plus de votre côté que de celui des anciens qui s’en vont.

[1] Référence
[2] Sauf la classe !!
[3] Futur, pas conditionnel