Elections

Dans 10 jours, dimanche 6 mai, je dois aller voter pour le second tour des élections présidentielles françaises. J’ai le choix entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. Le vote blanc étant considéré comme un vote non-valide, ça revient à ne pas aller voter. Je ne le considère pas comme un choix.

J’ai beaucoup de contacts avec des personnes vivants en France, notamment parce que j’y ai vécu 28 ans. Via Facebook ou le téléphone (vous savez le truc avec lequel on gardait contact quand FB n’existait pas), je vois comment certains français vont voter à cette élection. J’ai l’impression qu’on est pas du tout dans un débat d’idées ou d’opinions, mais plus dans une démarche : voter contre le petit nerveux aux talonnettes ou contre flamby. Ca me désole un peu.

Au premier tour, je n’avais voté ni pour l’un ni pour l’autre de ces deux candidats. Hier soir, j’ai pris soin de lire les programmes de ces deux candidats ; ce que j’ai reçu par la poste mais aussi les programmes détaillés présents sur les sites webs. Je me suis attardé sur une problématique que – pour ma part – je juge importante voire fondamentale : je parle de l’énergie. Je vais ici détailler la lecture que j’en ai eu.

Le programme de François Hollande est découpé en 60 points, les considérations énergétiques occupent les points 41, 42 et 43. Je note que c’est déjà bien relegué au fond. Il axe son programme énergétique sur trois idées principales :

  • la fourniture d’électricité : préserver l’indépendance énergétique de la France, passer le nucléaire de 75 à 50% (horizon 2025), soutien au développement des énergies renouvelables, modernisation de l’outil nucléaire ; tout cela avec Kyoto en toile de fond ;
  • tarification progressive de l’eau, l’électricité et le gaz, pour inciter à faire des économies et pour sortir de la précarité énergétique des foyers français ;
  • rénovation des bâtiments pour en réduire la consommation de chauffage, avec l’idée de créer des emplois pour cela et d’augmenter le pouvoir d’achat des ménages.

Dès le premier point – préserver l’indépendance énergétique de la France – je me suis étranglé. Le minerai d’uranium a effectivement peu de valeur énergétique quand il est extrait d’une mine. C’est son enrichissement qui lui donne une plus-value considérable. Tout l’uranium utilisé en France est importé, il est ensuite enrichi en France. Sous le prétexte que l’enrichissement soit fait en France, on comptabilise l’énergie nucléaire comme une énergie dite indigène, donc non-importée. C’est oublier que l’uranium est importé d’Australie, du Canada, du Gabon et du Niger, principalement. Bref, en termes d’électricité la France n’est pas et n’a jamais été indépendante. Et de façon globale sur l’énergie, la dépendance aux produits pétroliers – quasi intégralement importés – fait que la France n’a aucune indépendance énergétique. Ici ce programme me donne l’impression de vouloir se mettre personne à dos, on joue sur les deux tableaux : nucléaire et énergies renouvelables.

Le second point est intéressant, il s’agit d’inciter par le porte-monnaie à réduire la consommation énergétique. Il faut néanmoins faire attention, tous les français n’ont pas la maitrise des biens qu’ils utilisent. Je pense notamment à des locataires dans un appartement mal isolé. Le propriétaire ne paye pas les charges, il n’a aucune pression pour rénover son bien. L’idée est très bonne, mais elle nécessite surement quelques adaptations.

Le troisième point est très bon. Ceci dit, ce n’est pas François Hollande qui a la paternité de l’idée. Cela fait des années que tout le monde dit qu’il faudrait un vaste programme de rénovation thermique des locaux en France. La différence entre ce que les bâtiments consomment aujourd’hui et ce qu’il est possible de faire est colossale.

Le programme de Nicolas Sarkozy est découpé en 18 grands thèmes, la partie relative à l’énergie est la … dernière. Même remarque que pour François Hollande, c’est mis bien au fond. Dans ce thème, quatre parties distinctes sont évoquées :

  • confirmer le choix du nucléaire pour éviter toute augmentation de la facture d’électricité des ménages, on y vante le fait que cette énergie est la moins émettrice de CO2 et qu’elle fournit du travail à 400 000 personnes en France ;
  • création d’une Organisation Mondiale de l’Environnement, avec pour finalité de mobiliser la communauté internationale
    autour des enjeux du développement durable ;
  • tenir l’objectif de 23%  de notre consommation finale en énergies renouvelables en 2020 ;
  • développement des filières industrielles en lien avec le développement durable.
Pareil que pour François Hollande, je me suis étranglé dès le premier point. Les centrales nucléaires françaises commencent toutes à avoir de l’âge, il va falloir les remplacer. En Normandie, il se construit l’EPR (une centrale nucléaire de nouvelle génération). La puissance électrique de l’EPR n’est pas sensiblement très supérieure à celle des derniers réacteurs de génération précédente mise en service. La quantité d’électricité fournie par un EPR ne sera donc pas beaucoup supérieure à ce qu’il se fait aujourd’hui. En revanche, le coup unitaire de construction est très supérieur. Il faudrait donc arrêter de mentir. L’EPR va augmenter le prix de l’électricité  ; ce qui est aussi le cas des énergies renouvelables, je suis d’accord. En ce qui concerne les emplois, certes le nucléaire fournit des emplois, mais quand la SNCF a passé ses locomotives du pétrole et l’électricité, je crois qu’elle a laissé des conducteurs dedans. Changer de vecteur énergétique signifie aussi migrer les emplois de l’un à l’autre.
Une Organisation Mondiale de l’Environnement est une belle idée, qui n’a pas attendu la campagne présidentielle pour être proposée. Peut-être faudrait-il pousser un projet qui existe déjà plutôt que de vouloir réinventer la roue.
L’objectif de 23% de la consommation finale en énergies renouvelables en 2020, ça sent bon le chiffre balancé comme ça. On ne donne pas cette part aujourd’hui, afin de juger où est l’objectif par rapport à notre situation actuelle. On donne donc un objectif dans donner le point de départ et sans même évoquer un embryon de moyen pour y parvenir. Ca donne l’impression qu’il fallait une phrase de plus où placer énergie renouvelable.
En dernier lieu, on nous parle de Développer toutes les filières industrielles en lien avec le développement durable. Chez François Hollande, il y avait un message similaire : Je favoriserai la montée en puissance des énergies renouvelables en soutenant la création et le développement de filières industrielles dans ce secteur. Ca donne l’impression qu’en fait le message est le même. Le programme qu’il soit de l’UMP ou du PS est – pour ce domaine – le même. C’est aussi intéressant de noter que les deux évoquent l’industrie, personne n’évoque les petites entreprises. Le futur de l’énergie ce n’est pas un ou deux gros poles de production pour toute la France, c’est plutôt un éclatement des sites de production, on le voit avec les énergies renouvelables. Il me semble donc qu’il serait intéressant aussi d’aider les petites entreprises locales ; que ce soit par rapport à la problématique énergétique, mais aussi en termes d’emplois locaux.
Conclusion
Les deux programmes m’ont l’air en fait très creux. Ils proposent de vagues idées générales, sans réels objectifs innovants ou percutants. J’ai comme l’impression qu’en 2017, la France sera pour ce secteur dans la même situation qu’aujourd’hui, avec rien de fait.

Japon, sortie du nucléaire

Avec l’anniversaire du tremblement de terre au Japon et les conséquences de ce dernier sur les installations nucléaires de Fukushima, on parle beaucoup de la situation énergétique du Japon. De nombreux médias se font l’écho du fait qu’un an après ces événements, seuls deux réacteurs nucléaires sont encore en fonctionnement sur un total de 54 présents dans le pays. Une conclusion est parfois tirée ; on peut sortir du nucléaire en un an.

Je vais me permettre de légèrement nuancer ces propos et de donner quelques chiffres supplémentaires.

Préambule sur les données

Je cherchais des chiffres sur l’énergie, la population et l’économie du Japon. J’ai trouvé un très bon outil web présent sur le site de l’université canadienne de Sherbrooke. Il permet de sortir un paquet de chiffres et de graphiques pour différents pays. Selon ce site web, ces chiffres viennent de différents rapports des Nations-Unis ou d’agences telles que l’Energy Information Administration (agence américaine de l’énergie).

Préambule sur la situation très atypique du réseau électrique japonais.

Il est assez aisé de changer la tension de l’électricité, beaucoup moins d’en changer la fréquence. En Europe, on tend à transporter l’électricité sur un réseau à 400 000 volt, elle est consommée à 200 volt. En revanche, elle est toujours à une fréquence de 50 Hz.

Le Japon a en fait deux réseaux électriques différents : l’un à 50Hz, l’autre à 60Hz. Le nord-est du Japon (Tokyo, Kawasaki, Sapporo, Yokohama et le Sendai notamment) est à 50Hz, le sud-ouest (Okinawa, Osaka, Kyoto, Kobe, Nagoya, Hiroshima) est à 60Hz. Entre les deux, quelques transformateurs de fréquence mais les échanges ne peuvent pas être importants. La délicatesse de cette situation a été mis en exergue dans les premières semaines qui ont suivi le tremblement de terre. Toutes les centrales du nord-est étaient à l’arrêt, les solutions de rechange pas encore en route, mais le sud-ouest était dans la quasi impossibilité de fournir le nord-est.

Pour la petite histoire, la partie sud-ouest a été développée en collaboration avec la société américaine General Electric, qui a en quelque sorte imposé sa fréquence de 60 Hz (celle du réseau US). Le nord-est l’a été avec la société allemande AEG, qui est venu avec son 50Hz (celui du réseau européen).

Enfin, la situation insulaire du Japon ne permet pas les échanges d’électricité avec ces voisins.

Situation antérieure à mars 2011

Avant Fukushima, l’électricité nucléaire au Japon c’est 30 à 31 % du total de la production ; part en légère augmentation depuis 5 ans.

Part du nucléaire dans la production d'électricité.

Ce graphique montre que la part du nucléaire a fortement augmenté dans les années septante et a atteint un pic à la fin des années nonante. Entre 1997 et 2010, elle a connu différentes phases d’augmentation et de baisse autour d’une valeur médiane à 26%. En 2009, le Japon produit donc 26% de son électricité avec la filière nucléaire. Comment est ventilée, à cette date, la production totale :

  • 28% de gaz ;
  • 27% de nucléaire ;
  • 27% de charbon ;
  • 9% pétrole ;
  • 8 % d’hydroélectricité ;
  • 2% pour le reste.

Intéressons-nous maintenant à la consommation d’électricité et à son évolution avant 2011.

Consommation d'électricité totale et par habitant.

Première chose, tout-à-fait classique, une forte augmentation de la consommation au cours des années 1960, 1970, 1980, 1990 : croissance économique, augmentation de la population. Tous les pays dits industrialisés ont connu ça. En revanche, ce graphique montre quelque chose de particulier et de très intéressant : une baisse significative de la consommation électrique du pays depuis 2006. La baisse est significative et tendancielle, on la retrouve plusieurs années de suite avant 2011. Au cours de cette période, la population est en très légère baisse mais dans des proportions nettement plus basses que cette baisse de la consommation électrique.

En fait, en 2006 le gouvernement japonais a sorti un plan stratégique sur l’énergie. L’objectif principal de ce plan était de réduire la part du pétrole dans le mix énergétique du pays. Le Japon a une très forte dépendance au pétrole et importe ce dernier à plus de 75% depuis le Moyen-Orient. La volonté était en 2006 de diminuer les impacts de cette région, politiquement pas toujours stable. Ce plan de réduction de la dépendance au pétrole est passé par des actions sur le secteur des transports, évidement, mais aussi sur celui de l’électricité.

Il est intéressant de noter qu’une réduction de consommation d’électricité dans ce pays n’a pas entrainé de baisse du PIB. Celui-ci a toujours été croissant entre 2006 et 2011, il a juste diminué en 2009 mais les causes ne sont pas propres au Japon (crise économique globale). Ainsi, on peut en conclure qu’un pays qui souhaite se donner les moyens de baisser sa consommation électrique ne bride pas forcément son économie.

Voilà pour un état des lieux pré-Fukushima.

Depuis Fukushima :

Depuis le mois de mars 2011, chaque fois qu’un réacteur nucléaire est arrêté pour maintenance il se voit refuser son autorisation de remise en exploitation. Ainsi, en mai prochain, il n’y aura plus un seul réacteur en service au Japon. Comment aura été gérée la disparition des 27 à 30 % de production nucléaire dans l’électricité japonaise ?

Le gouvernement japonais a fixé des objectifs de réduction de la consommation d’électricité, 15% sur un an. À la lecture de différents articles il semblerait que ces objectifs soient bien suivis par la population. Cette dernière semble émettre la volonté de vouloir grandement réduire sa consommation d’électricité.

Enfin, le reste de l’électricité manquante est produite par une augmentation de la production thermique fossile : en important massivement du gaz et du charbon depuis la Russie notamment.

Le Japon est-il sorti du nucléaire en 14 mois ?

Les mécanismes et la volonté étatique de réduire la consommation d’électricité étaient en place bien avant mars 2011. Cette consommation était en baisse depuis quelques années. Le Japon n’a donc pas démarré sa course réellement en mars 2011. Un évènement majeur et traumatisant a touché le peuple japonais, cela doit jouer dans les esprits et les motivations pour les économies d’énergies et d’électricité. Les japonais ont une motivation assez inimaginable pour parvenir à cet objectif ; se passer du nucléaire. Le Japon fait un recours assez important à des énergies fossiles (gaz, charbon). Les problématiques de rejets de CO2 (protocole de Kyoto) sont passées à un second plan.

Bref, il ne faut pas dire que le Japon est sorti du nucléaire en l’espace de 14 mois, c’est un peu plus compliqué. Mais cela montre que pour y arriver les possibilités d’économies d’énergies sont réellement possibles. Si on souhaite transposer cette situation à la Suisse, il ne faut pas oublier que la part du nucléaire y est plus importante (44%) qu’au Japon pré-Fukushima.

On notera aussi qu’une solution pour se sortir très rapidement du nucléaire est de passer par un usage important des énergies fossiles.

Froid, énergie, chauffage

On en entend parler partout ces derniers jours : la vague de froid. Ce froid implique beaucoup de chose : sans-abris, état des routes, etc. Un des secteurs qui en souffre aussi est celui de la fourniture d’électricité.

Le chauffage électrique ça sert à réchauffer les poissons des rivières

Belle coïncidence, le froid arrive l’hiver quand les jours sont assez courts. Les besoins de chauffage sont donc au maximum quand les besoins d’éclairage le sont aussi. La France détient le record européen des ménages chauffés à l’électricité, environ 30% des ménages français se chauffent par ce vecteur énergétique. Pendant qu’en France on continue à autoriser des constructions neuves de ce type, d’autres pays l’ont purement et simplement interdit, on peut citer le Danemark. En Suisse, c’est partiellement interdit.

Il faut savoir que le rendement d’une centrale nucléaire est de l’ordre de 33%. Cela signifie qu’un tiers de l’énergie est effectivement transformée en électricité, les deux tiers restants sont rejetés dans l’environnement. 80% de l’électricité produite en France l’est par la filière nucléaire. Ainsi, pour chauffer ces 30% de foyers français, on chauffe nettement plus l’environnement qu’autre chose. Au doigt mouillé, on peut dire que pour 100 joules de chauffage dans une maison chauffée à l’électricité, un peu plus de 160 joules sont rejetés et chauffent les oiseaux et les poissons.

Le problème du réseau

Un autre aspect des choses aggrave la situation. En France, il y a de forts déséquilibres entre les zones de productions d’électricité et les zones de consommations.

Carte des centrales nucléaires françaises. Crédit : Sting & Roulex 45 CC By SA
Carte des centrales nucléaires françaises. Crédit : Sting & Roulex 45 CC By SA

Cette carte ne représente que les centrales nucléaires. Grossièrement, le nucléaire c’est 80% de ce qui est produit , le reste c’est moitié-moitié entre les barrages hydroélectriques et les centrales à fioul, charbon et gaz. On remarque assez vite que la répartition des centrales nucléaires est loin d’être homogène sur le territoire français. Il y a des zones avec une forte concentration de réacteurs ; les vallées du Rhône et de la Loire par exemple. On est allé chercher une source froide où il y en avait : les cours d’eau. Comme dit précédemment, une centrale nucléaire sert avant tout à réchauffer l’environnement. On en trouve aussi quelques-unes au bord de la Manche, il y avait de la place et peu de dégâts collatéraux sur le tourisme (amis nordistes et normands, je m’excuse pour cette vacherie).

Le problème réside dans l’acheminement de l’électricité, celle-ci est produite à un endroit et est acheminée par le réseau vers les sites de consommation. Plus le réseau doit faire passer d’électricité, plus il chauffe ; plus il est au bord de la rupture. En effet, si j’augmente le courant électrique dans un câble, celui-ci chauffe et se dilate. Ainsi l’hiver quand les câbles à très haute tension sont très sollicités, ils se dilatent plus qu’à l’accoutumé. En se dilatant, ils se rapprochent du sol, au contact du sol il se produit un court-circuit et tout le réseau tombe. En 2003, ce procédé a privé 56 millions de personnes d’électricité ; une première ligne disjoncte au passage d’un col dans les Alpes, mettant en surcharge une seconde sur un autre col ; le réseau italien tombe.

En France, il y a principalement deux zones qui souffrent de cette situation : le grand ouest avec comme extrême la Bretagne et la Côte d’Azur. Deux régions, mais deux raisons pas complètement identiques.

La Bretagne est une région plus densément peuplée que la moyenne française. On y trouve des industries consommatrices d’électricité, quelques grandes agglomérations ; la région a une demande conséquence d’électricité. Prenons une ville comme Brest, elle est située à 230 kilomètres du plus proche site de production d’électricité – dont la production ne soit pas assimilable à de l’erreur statistique – il s’agit de la centrale à fioul et charbon de Cordemais. La plus proche centrale nucléaire est à 340 kilomètres. Le réseau peine vraiment à soutenir la charge lors de ces périodes de fortes consommation. Pour tenter de diminuer le problème, un projet de centrale au gaz est à l’étude dans le Finistère.

Sur la Cote d’Azur, le mécanisme est un peu le même ; forte densité de population donc importante demande. Les sites de productions sont moins éloignés. En revanche, le transport d’électricité ne se fait ici que le long de la cote sur une ligne. Un projet de ligne à travers le Vercors est gelé par des oppositions environnementales. La distance est moins grande, mais le nombre de ligne est plus problématique.

Alerte orange

La situation est telle que cette semaine la Préfecture de Bretagne publiait un communiqué de presse parlant d’alerte orange EcoWatt. Il s’agit de demander aux habitants de le Bretagne de freiner leur consommation d’électricité. Le gestionnaire du réseau (RTE) en est à freiner ses clients pour pouvoir maintenir le service.

Situation problématique

Récement je visitais un appartement en France. Une construction neuve chauffée à l’électricité. J’ai posé la question quant aux performances thermiques du bâtiment ; classe D m’a-t-on répondu. On sait faire – sans que le surcoût soit exorbitant – le même logement mais avec une consommation trois fois inférieure.

En France, on a fait le choix de privilégier le chauffage électrique des locaux. Lors des périodes de fortes consommation, le réseau (production, distribution) arrive à ses limites. Si rien n’est fait il y a fort à parier que des coupures dans le réseau arriveront tôt ou tard.

Situation problématique, alors que des solutions existent : renforcement des normes sur les constructions neuves, aides à la rénovation, incitation à chauffer autrement (PAC, bois, réseau de chaleur, etc), etc.

Un truc m’échappe, ou pas.