Mon Tour de Romandie

Il y a parfois des contacts qu’on attend pas mais qui font sacrément plaisir.

Je suis arrivé en Suisse en 2007. Cette année là, le Tour de Romandie passait sous mes fenêtres. En tant que passionné de vélo, j’étais tout content. En dehors du deux roues, mes autres vices sont notamment Wikipédia et la photographie. Ainsi donc, lors du prologue du Tour de Romandie Fanny et moi nous nous sommes mis à prendre méthodiquement tous les coureurs. Il en a résulté plus d’une centaine de coureurs illustrés. À l’époque les photos de sportifs n’étaient pas légion sur Wikipédia. Notre shooting photo de ce jour là avait créé une certaine plus-value. Dans les mois qui suivaient, vous tombiez sur un article – de coureur cycliste – illustré, il y avait de forte chance que ce soit dans les rues de Fribourg.

Les années sont passées et j’ai continué à me déplacer sur le Tour de Romandie prendre des photos. La qualité des photos a augmenté avec le temps, heureusement d’ailleurs. La proportion de photos romandes sur Wikipédia a diminué, et c’est très bien. D’autres personnes se déplacent maintenant sur d’autres courses. Il y a par exemple Vlaam qui va régulièrement sur les courses du nord de la France et des Flandres depuis 2008 ; 4 jours de Dunkerque, Het Volk, etc.

En 5 ans de photos de vélo, on est passé de ça à
En 5 ans de photos de vélo, on est passé de ça à…
ça
ça

Donc tous les ans depuis 2007, je vais sur le Tour de Romandie. Et puis cette année, les aléas de la vie, les changements professionnels, tout cela faisait que je ne pensais pas y aller. Et puis…

Et puis, une dizaine de jours avant le début de la course David Labouré (Responsable des relations en ligne à la Radio Télévision Suisse) me contacte. Il me propose une journée sur le Tour de Romandie dans une voiture de la RTS. Je suis tombé sur le cul, j’ai du mettre 48 heures à me relever. Pour la petite histoire, nous avons une connaissance commune qui a eu la très grande gentillesse de nous mettre en contact, merci à lui.

Le samedi 27 avril me voilà donc parti avec David, Pascal, Robin et Marco pour une bien belle journée. Le chauffeur de notre voiture était Aurélien Clerc, ancien coureur cycliste professionnel. Pour le récit de la journée, je vous invite à lire Marco sur ce lien.

Malgré les conditions climatiques, vous jugerez par vous même sur la photo ci-dessous, je me suis amusé comme un gosse. J’ai vu une course pro vraiment de l’intérieur, j’ai partagé un bon moment avec des personnes très sympas. Vous pouvez trouver d’autres photos de cette journée sur votre médiathèque habituelle.

Le peloton dans le col de la Croix, malgré mon verre de blanc dans la main, la photo n'est pas trop mal cadrée.
Le peloton dans le col de la Croix, malgré mon verre de blanc dans la main, la photo n’est pas trop mal cadrée.

Bien belle journée vécue de l’intérieur. Un grand merci à tous pour cela.

Illustrer Wikipedia, un tuto pour les nuls !

Plusieurs personnes dans mon entourage font des photos qui sont potentiellement intéressantes pour Wikipédia ; elles possèdent un certain caractère illustratif. Je les pousse plus ou moins souvent, avec plus ou moins de succès, à franchir le pas et à mettre en ligne ces photos.

Le caractère freinant n’est généralement pas la mise sous licence dite libre du travail, mais plus la technique Web (l’utilisation de Wikimedia Commons). Donc, voilà pour vous tous un tuto pour débutants.

Se créer un compte

Pour mettre en ligne des photos sur Wikipédia, il faut disposer d’un compte. La création d’un tel compte est gratuite et n’est soumise à aucune validation ni autorisation. Si vous ne disposez pas déjà d’un tel compte, créez le. En haut à droite de quelconque page de Wikipédia vous verrez un lien sur lequel est écrit Créez un compte. Cliquez dessus.

C’est là, en haut à droite.

Vous arrivez sur la page pour créer un compte, il vous est demandé de recopié la CAPTCHA. Il s’agit pour le site web de s’assurer que vous n’êtes pas un robot. Ensuite, il vous faut choisir un nom d’utilisateur et un mot de passe. Ce nom d’utilisateur sera public. On vous demande aussi de renseigner un courriel. Ce n’est pas obligatoire, mais si vous perdez votre mot de passe, il s’agit du seul moyen de vous reconnecter. Vous pouvez avoir confiance sur le fait que votre adresse mail ne sera pas utilisé pour du spam.

Voilà, vous avez donc maintenant un compte contributeur sur Wikipédia. Félicitations.

Mais les images ne sont pas stockées sur Wikipédia

Dans les premières années, si l’on souhaitait illustrer l’article sur le jet d’eau de Genève sur la version francophone de Wikipédia, il fallait y enregistrer sa photo. Si on souhaitait le faire sur la version anglophone, il fallait de nouveau enregistrer cette photo sur cet autre site, etc.

Il existe aujourd’hui une version de Wikipédia dans plus de 270 langues. Vous comprendrez aisément l’aspect non fonctionnel de la  chose ; enregistrer 270 fois la même photo.

En 2004 a été créé Wikimedia Commons. Il s’agit d’une médiathèque commune à toutes les Wikipédia, et globalement à tous les projets de la Wikimedia Foundation. Ainsi, vous y enregistrez une fois une image, elle peut servir immédiatement dans toutes les versions linguistiques de Wikipédia. C’est tellement plus simple.

Allons voir Wikimedia Commons

Vous pouvez accédez à Wikimedia Commons par ce lien. Là où les choses sont très bien faites, c’est que le compte utilisateur dont vous disposez sur Wikipédia est valide sur Wikimedia Commons, avec le même mot de passe de surcroit. Il vous faut donc juste vous assurer que vous êtes connecté ; regardez en haut à droite.

Vous êtes maintenant près pour mettre en ligne vos premières photos. Dans les menus de gauche, sur Wikimedia Commons, vous trouverez un menu Participer, dans lequel il y a un lien Importer un fichier. Allez-y. Vous arrivez sur une page intitulé Assistant d’import.

 

On vous demande ici de sélectionner un fichier à partager. Vous pouvez sélectionner un fichier, ou plus (limite de 49). À vous de voir. Une fois que vous avez sélectionné vos fichiers, ceux-ci vont être téléversés sur Wikimedia Commons. Selon votre connection internet et selon la taille du ou des fichiers le processus peut prendre de quelques secondes à plusieurs minutes.

Une fois le processus achevé, vous verrez une petite croix verte à droite de chaque fichier. Vous pouvez cliquer sur continuer en bas à droite. Le formulaire vous demande maintenant qui est l’auteur de la photo. Par défaut, le nom utilisé sera celui de votre compte utilisateur, vous pouvez ici en mettre un autre ; votre vrai nom par exemple.

Il faut maintenant mettre un titre, une description et la date. En toute logique, la date sera prise dans les données accrochées à votre fichier photo, donc le champ se remplira correctement seul. Le titre de l’image sera le nom du fichier photo. Si celui-ci est déjà utilisé dans Wikimedia Commons, le formulaire vous le signale, il suffit de changer un peu le titre. Pour la description, vous êtes les mieux placés, en tant qu’auteur des photos, pour savoir ce qu’il y a à en dire.

Vous validez. Voilà, votre photo est sur Wikimédia Commons.

Insérer cette photo dans un article Wikipédia 

Pour mettre une photo dans un article, c’est très simple. Il suffit d’éditer l’article et de copier ce bout de code : [[File:Nomdufichier.jpg|thumb|Une description.]] et c’est tout bon.

 

Voilà pour ce rapide tutoriel. Si vous n’y arrivez toujours pas, dites moi où vous coincez.

 

Crédit des images utilisées pour ce billet : Captures d’écran de Wikipédia et Wikimedia Commons, sans l’aimable autorisation de la Wikimedia Foundation.

 

 

 

 

Bolt

Il y a quelques semaines, je suis allé à Athletissima, un meeting d’athlétisme sur Lausanne ; le but étant de faire quelques jolies photos de différents athlètes présents ce soir là, histoire d’aller illustrer quelques articles. Il y avait plusieurs médaillés olympiques des récents jeux de Londres ; avec notamment Yohan Blake ou Usain Bolt.

La soirée se passe bien. Un photographe à coté de moi explose l’écran LCD de son 5D Mark II, sans avoir l’être plus stressé que ça… Et puis arrive le 200 mètres homme, avec notamment Usain Bolt. Je prends des photos pendant la course et au moment même ou Bolt passe devant moi à l’arrivée, voile noir dans le viseur de l’appareil photo. Grosse angoisse. Ne comprenant pas ce qu’il se passe, je finis par démonter l’objectif du boitier ; et là je découvre le miroir se baladant tout seul devant le capteur. Grosse angoisse x2.

Victor a été envoyé chez le docteur pour appareil photo. Oui nous donnons des prénoms à nos boitiers ! Après quelques semaines, je viens de le récupérer. Plus de peur que de mal, il a tout de même fallu changer le miroir et son mécanisme. Une addition couteuse, mais soutenable. Ca m’a tout de même valu quelques nuit blanches et quelques bons moments de stress…

Bref, ce gars va tellement vite qu’il arrive même à m’en décrocher le miroir de l’appareil photo. J’ose lui envoyer la facture ?

La prochaine fois, tu passeras moins vite. Merci.

Retrouver ses photos sur Internet, comment faire ?

Aujourd’hui, je tweetais :

faire des mails pour demander que mes photos soient créditées sur ≠ sites webs #fol_espoir

En effet, en fin d’après-midi j’ai envoyé quelques mails à différents webmasters pour leur signifier que leurs sites hébergeaient des photos dont je suis l’auteur pour qui ne me créditaient pas comme auteur des dites photos. Visiblement étonnés plusieurs contact twitters m’ont demandé comment je procédais pour retrouver mes photos sur le web. Explications !

Petit préambule, je publie la très grosse majorité de mes photos sous licence dite libre, CC by SA. Celles-ci sont hébergées sur Wikimedia Commons, site servant notamment de médiathèque pour l’encyclopédie Wikipédia.

Certains sites font très bien les choses.

Il faut le dire, certains sites webs savent créditer correctement une photographie sous licence libre. Il m’arrive d’en chercher, auquel cas je fais tout simplement une recherche Google avec mon nom, mon prénom et CC BY SA. En fait, pour être honnête, je trouve très peu de photos créditées de la sorte ; hormis celles utilisées sur ce blog, ou sur le blog de Wikimédia France.

Néanmoins Google fait bien les choses. À la recherche  »Prénom Nom CC BY SA », il renvoie les résultats pour lesquels c’est en fait crédité  »Prénom Nom Creative Commons ». Et là, on trouve pas mal de sites qui créditent de la sorte. De cette manière, j’ai trouvé ce bel article de la Nouvelle République. Pour Créative Commons en lieu et place de CC By SA, je ne dis rien du tout. On voit qu’il y a un réel effort de bien faire.

D’autres le font assez mal.

Avec ce type de recherches, on trouve aussi beaucoup de réutilisations avec comme crédit  »Prénom Nom Wikipédia ». On voit qu’il y a une volonté d’indiquer où on repompe, mais absolument aucune question sur la nature de la licence. Petit exemple ici.

Dans un cas similaire, j’avais trouvé une de mes photos sur le site web de France Inter, celle-ci était créditée avec un  »Ludovic Péron DR », pour droit réservée. Là, je me suis permis de gentiment râler. J’ai pédagogiquement expliqué ce qu’était une licence dite libre et qu’elles en étaient les contraintes. J’ai eu une réponse très rapide et courtoise. En voilà le résultat.

D’autres font les choses par dessus la jambe.

Effectivement d’autres sites se torche le c.. de ces problématiques. On cherche sur le web, on trouve une photo qui nous plait et hop, un copié/collé et c’est dans le site web. Dans de tels cas, le nom du photographe n’apparait pas. Une recherche textuelle avec Google ne donne rien.

Oui mais Google a mis à disposition un outil ultra puissant ; la recherche d’image non pas par texte mais par image. Ne me demandez pas comment ça marche, j’en sais absolument rien. Je sais juste m’en servir.

Ouvrez un onglet Google dans votre navigateur web, sélectionnez l’onglet Images, en théorie le troisième en partant de la gauche. Ensuite, prenez une image (depuis une autre page web ou depuis votre ordinateur) et faites un glissé/déposé de l’image dans la boite de recherche. Et la Google cherche toutes les images qui ressemblent à celle que vous venez de lui faire manger.

Petit exemple. J’ai fait la photo ci-dessous de Cristiano Ronaldo.

Cristiano Ronaldo. Crédit : Ludovic Péron CC by SA.

Je souhaite voir si elle est réutilisée. Je la glisse donc dans Google. En voici les résultats :

Résultats de Google images sur une photo.

Cette photo est réutilisée assez largement sur le web, sans crédits. Merci Google pour ce nouvel outil me permettant de voir ça.

Voir le nombre de réutilisations incorrectes (non créditées) ne fera pas cesser de publier sous licence libre. Je vois que les photos sous licence libre ne sont pas plus ni moins volées que les photos avec des © ou des Tous droits réservés. Le problème est juste que tout le monde ne sait pas correctement utiliser une licence libre. La gratuité d’un bien étonne parfois.

Évangéliser ou corriger ?

Wikimedia Commons est la médiathèque associée à Wikipédia. Elle présente – à l’heure où je démarre ce billet 12 420 083 fichiers. Ces fichiers sont sous des régimes de droit d’auteur permettant une grande diffusion. Certains sont sous une licence type CC By SA, d’autres sont dans le domaine public.

Je peux vous inviter à lire ce billet expliquant les tenants et les aboutissants de la production d’un contenu sous CC by SA, et un autre expliquant comment réutiliser proprement (avec respect du droit d’auteur) de tels documents.

Produire du contenu sous licence dite libre, c’est bien ; pouvoir le réutiliser, aussi. En revanche, je trouve que Commons (notre médiathèque) est totalement inadaptée à la réutilisation des fichiers qu’elle propose. Ci-dessous une copie d’écran des informations que l’on trouve sous une photo, ici le lien pour aller voir soit même.

Méta-informations sous une photo.

On trouve de nombreuses informations :

  • la possibilité de voir et de downloader cette photo à différentes tailles ;
  • la présence d’une note sur la photo ;
  • la possibilité d’ajouter une note ;
  • la résolution du fichier image, ici on ne voit qu’une vignette ;
  • la description ;
  • la date de prise de vue ;
  • la source ;
  • l’auteur (dans le cas présent, c’est bibi) ;
  • la latitude et la longitude de la prise de vue ;
  • le nom de la licence et ses contraintes.

Que ces informations soient présentes, c’est très bien. Certaines sont obligatoires, d’autres utiles. En revanche, à mon avis, il manque quasi le plus important. Nous sommes sur une médiathèque dite de partage, il manque le crédit pour le partage. Une simple phrase sous la photo, quelque chose comme :

Crédit : Ludovic Péron – CC by Sa

Ce devrait être le premier truc visible sous la photo. J’en conviens en utilisant cette médiathèque (Commons) sans être enregistré avec un compte utilisateur, il est possible de cliquer sur Utiliser ce fichier et d’obtenir un gros pavé de code html pour foutre ça sur son site web. Enfin, tout le monde n’a pas le html en langue native.

Bref, une phrase toute simple juste sous la photo serait pour moi la chose la plus efficace à faire pour parvenir à ce que ces documents soient créditer proprement.

Quel est le rapport avec le titre du billet, me direz-vous ?

Évangéliser ou corriger ?

Je vais vous raconter une anecdote. Ce matin, Frédéric Schütz, une autre partie vive de Wikimedia CH, me contacte au sujet d’une image utilisée par le quotidien suisse Le Temps, lien vers l’article en question. Le journaliste a repris l’image en faisant une recherche sur Wikipédia. Cette photo n’est pas créditée correctement : il y a le nom de l’auteur, mais il manque la licence de publication. Frédéric a de très bons contacts avec la rédaction de ce journal. Le journaliste en question discute avec Frédéric sur un tout autre sujet et en profite pour faire part de ses interrogations sur le crédit dans son article. Le journaliste est de bonne foi, pas de volonté de vouloir mal faire. Il n’a juste pas trouvé l’information pour créditer. Je peux concevoir qu’à 23 heures, quand on a plus que dix minutes pour rendre son article avant publication, on est assez peu le temps pour lire des kilomètres de pages qui expliquent comment créditer une page alors que ça aurait pu être résumé par une simple mention sous la photo : Crédit : André Karwath – CC By SA.

Simple anecdote ? Pas tant que ça. Pour ma part, j’ai des contacts avec la Radio Télévision Suisse à ce sujet. J’ai plusieurs fois relevé aimablement des problèmes de crédits photographiques sur leurs supports web. Depuis, je suis en contact avec un chargé image de leur entreprise. Il a pris bonne note et tente de faire de la formation interne sur le sujet, il tente aussi de faire des corrections a posteriori. Il a beaucoup de travail sur le sujet, j’ai tenté de lui donner tous les éléments sur le sujet.

En fait, on évangélise.

En discutant de cette photo publiée dans Le Temps, avec Frédéric, on se disait qu’on avait la même approche. On préfère aller évangéliser les gros ré-utilisateurs que l’on a portée de main plutôt que d’aller directement à la source et tenter d’améliorer les choses directement dans la médiathèque, Commons. Pour ma part, la raison est simple, je suis épuisé par avance des semaines de discussion, sur Commons, qu’il faudrait pousser pour éventuellement aboutir à quelque chose. J’ai donc renoncé.

J’entends d’ici les remarques du style :  »ah mais ce sont des médias, c’est leur métier de faire cela proprement ». J’en conviens, c’est vrai. Il y aurait surement des choses à proposer dans les formations de journalistes au sujet du droit de la propriété intellectuelle. Mais peut-être que nous, personnes actives sur les projets libristes – pourrions aussi peut-être faire un petit effort pour présenter les choses plus proprement ?

Wikipédia, du lecteur au contributeur

Lundi prochain, le 26 mars 2012, une conférence est organisée à l’EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne) sur le thème :

Wikipédia : du lecteur au contributeur.

Elle aura lieu à l’auditorium CO2 à partir de 18h. L’entrée est libre. Trois contributeurs vous évoqueront différentes facettes de Wikipédia :

  • Nicolas Ray évoquera les grandes lignes de Wikipédia (histoire, principe, etc.), les structures Wikimédia faisant vivre ce projet et le logiciel MediaWiki, support de Wikipédia ;
  • Pour ma part, j’évoquerai l’aspect illustratif : quelles illustrations, comment, etc ? En précisant quelques points sur le droit d’auteur ;
  • Gilbert Conus finira sur des exemples concrets de rédaction d’articles avec l’aspect collaboratif des choses.

En vous attendant les plus nombreux possible.

L’art de tirer le portrait

J’aime aller au cinéma et il m’arrive de participer à des avants-premières en présence de l’équipe du film. Cinématographiquement parlant, je trouve cela plus enrichissant qu’une séance « normale ». Mais cela me pose des cas de conscience wikimédiens. En effet, je me dis que cela pourrait être l’occasion de photographier certaines personnes qui ne sont pas (ou peu) sur Commons. En théorie, « yaka » faire les photos. En pratique, c’est un peu plus compliqué pour moi (je rappelle que ce n’est pas Ludo qui écrit ce message mais Erdrokan). 

Pour commencer, j’ai du mal à oser prendre des gens en photos. Le faire en douce me met mal à l’aise et leur demander c’est pire. Ensuite, il faut savoir que je n’ai pas un appareil photo « de compétition ». J’ai un modeste mais correct compact DMC TZ7 que j’utilise presqu’exclusivement en mode automatique (« intelligent » qu’il dit mais je n’irais pas jusque là). Je pense avoir un certain « regard » pour la photo mais je ne le cultive pas vraiment et j’en ai un peu honte car il est vrai que « Sans travail, un don n’est rien qu’une sale manie ».
En fait, je suis vraiment un enfant du numérique car j’ai commencé à faire de la photo vers mes trente ans. Avant cela, je ne faisais pas vraiment de photos. Pas trop envie surtout de devoir remplir la pellicule puis aller la faire développer, attendre et aller la rechercher. [1]. Depuis que j’ai un numérique, je m’y suis « vraiment » mis (par rapport à avant, c’était facile) et j’apprécie énormément la facilité qu’apportent les appareils. Pour autant, comme je disais plus haut, je ne m’intéresse que peu à la technique[2] et quand j’entends parler d’objectifs en chiffres, je ne comprends rien. Donc, le plus souvent, c’est mode automatique, clic clac puis je ne modifie que peu les photos (encore que grâce à Coyau, j’ai  « dépenché » quelques édifices). 

Lundi dernier, j’assiste à une avant-première. Je regarde l’article Wikipédia sur l’acteur invité (en escomptant sur le fait que si son article n’est pas illustré alors il n’y a rien non plus le concernant sur Commons) et pas de photo. Zut, je me sens coupable d’avance de ne pas combler ce manque. Dans le passé, j’ai bien tenté de faire des photos en douce (sans flash, du fond de mon fauteuil et sans me faire remarquer) mais cela n’a rien donné de bon. Le soir venu, comme il m’arrive d’être un tantinet borné, je retente la même tactique… et obtiens les mêmes résultats. A la fin de la soirée, les gens se lèvent et certains vont parler à l’acteur voire vont le prendre en photo. Il s’y prête d’ailleurs de bonne grâce. Je profite du meilleur éclairage et du fait qu’il pose pour ajouter mon cliché à ceux des autres. Le résultat est moins pire qu’avant mais reste passable (trop loin, pas le bon angle ni le bon moment). 

Je patiente un peu pour parler avec le responsable du cinéma, car nous avons une conversation en cours sur les films de 2011 (il a adoré Shame que j’ai trouvé un peu creux, en restant poli), tout en écoutant ce qui se dit du coté de l’acteur. Quand un spectateur pose une question sur l’époque de tournage, j’ajoute mon grain de sel. Cela me permet en plus d’entrer « naturellement » dans la conversation (et d’avoir ma réponse). Au bout d’une petite minute de dialogue, j’ose demander si je peux prendre une photo de lui. Il me dit « Bien sur ! » et je m’exécute. A ce moment là, une dame me dit « Vous voulez une photo avec lui ?? Alleïïï, je vais la prendre ». Je commence à bredouiller que c’est gentil mais que cela ne m’intéresse pas vraiment mais elle insiste. Je me dis que c’est moins fatigant d’obtempérer et de passer à autre chose dans vingt secondes plus que d’expliquer « Photo, wikipédia, commons, licence libre, toussa ». 

Le bilan de la soirée :
  1. L’article a une photo correcte, j’en suis presque fier.
  2. Il est quasi impossible au vu de mon matériel et de mes connaissances techniques d’espérer avoir un résultat honorable en prenant une photo en loucedé.
  3. Si on ne demande pas, il est miraculeux d’avoir la bonne occasion de faire une photo potable.
  4. A moins d’avoir beaucoup de temps, de sentir un terrain favorable ou de vouloir établir une relation à long terme avec l’endroit/la personne qui vous accueille, il vaut mieux faire comme si c’était pour sa collection photo perso.


Je ne sais pas si j’aurais le « courage » de faire pareil la prochaine fois, cela dit.

[1] Cela me fait penser à cette scène des Randonneurs (1997) : cette bande de bras cassés « fait » le GR20 en été (pour les fans de mon billet précédent, je précise que la Corse est dans l’hémisphère nord) et lors d’un passage délicat de torrent, une personne prend Philippe Harel en photo. Ce dernier bougon saisit l’appareil et l’envoie au loin. Réaction : « Oh non, y avait les photos de Noël dernier dessus ». Tellement vrai….

[2] Pourtant c’était une des mes quatre matières à l’option physique du bac B… J’ai eu 16/20 mais je suis tombé sur l’astronomie


(Trop bien ici y a le tag « photo » et « photographie », j’ose pas demander ce qu’est la différence)