Froid, énergie, chauffage

On en entend parler partout ces derniers jours : la vague de froid. Ce froid implique beaucoup de chose : sans-abris, état des routes, etc. Un des secteurs qui en souffre aussi est celui de la fourniture d’électricité.

Le chauffage électrique ça sert à réchauffer les poissons des rivières

Belle coïncidence, le froid arrive l’hiver quand les jours sont assez courts. Les besoins de chauffage sont donc au maximum quand les besoins d’éclairage le sont aussi. La France détient le record européen des ménages chauffés à l’électricité, environ 30% des ménages français se chauffent par ce vecteur énergétique. Pendant qu’en France on continue à autoriser des constructions neuves de ce type, d’autres pays l’ont purement et simplement interdit, on peut citer le Danemark. En Suisse, c’est partiellement interdit.

Il faut savoir que le rendement d’une centrale nucléaire est de l’ordre de 33%. Cela signifie qu’un tiers de l’énergie est effectivement transformée en électricité, les deux tiers restants sont rejetés dans l’environnement. 80% de l’électricité produite en France l’est par la filière nucléaire. Ainsi, pour chauffer ces 30% de foyers français, on chauffe nettement plus l’environnement qu’autre chose. Au doigt mouillé, on peut dire que pour 100 joules de chauffage dans une maison chauffée à l’électricité, un peu plus de 160 joules sont rejetés et chauffent les oiseaux et les poissons.

Le problème du réseau

Un autre aspect des choses aggrave la situation. En France, il y a de forts déséquilibres entre les zones de productions d’électricité et les zones de consommations.

Carte des centrales nucléaires françaises. Crédit : Sting & Roulex 45 CC By SA
Carte des centrales nucléaires françaises. Crédit : Sting & Roulex 45 CC By SA

Cette carte ne représente que les centrales nucléaires. Grossièrement, le nucléaire c’est 80% de ce qui est produit , le reste c’est moitié-moitié entre les barrages hydroélectriques et les centrales à fioul, charbon et gaz. On remarque assez vite que la répartition des centrales nucléaires est loin d’être homogène sur le territoire français. Il y a des zones avec une forte concentration de réacteurs ; les vallées du Rhône et de la Loire par exemple. On est allé chercher une source froide où il y en avait : les cours d’eau. Comme dit précédemment, une centrale nucléaire sert avant tout à réchauffer l’environnement. On en trouve aussi quelques-unes au bord de la Manche, il y avait de la place et peu de dégâts collatéraux sur le tourisme (amis nordistes et normands, je m’excuse pour cette vacherie).

Le problème réside dans l’acheminement de l’électricité, celle-ci est produite à un endroit et est acheminée par le réseau vers les sites de consommation. Plus le réseau doit faire passer d’électricité, plus il chauffe ; plus il est au bord de la rupture. En effet, si j’augmente le courant électrique dans un câble, celui-ci chauffe et se dilate. Ainsi l’hiver quand les câbles à très haute tension sont très sollicités, ils se dilatent plus qu’à l’accoutumé. En se dilatant, ils se rapprochent du sol, au contact du sol il se produit un court-circuit et tout le réseau tombe. En 2003, ce procédé a privé 56 millions de personnes d’électricité ; une première ligne disjoncte au passage d’un col dans les Alpes, mettant en surcharge une seconde sur un autre col ; le réseau italien tombe.

En France, il y a principalement deux zones qui souffrent de cette situation : le grand ouest avec comme extrême la Bretagne et la Côte d’Azur. Deux régions, mais deux raisons pas complètement identiques.

La Bretagne est une région plus densément peuplée que la moyenne française. On y trouve des industries consommatrices d’électricité, quelques grandes agglomérations ; la région a une demande conséquence d’électricité. Prenons une ville comme Brest, elle est située à 230 kilomètres du plus proche site de production d’électricité – dont la production ne soit pas assimilable à de l’erreur statistique – il s’agit de la centrale à fioul et charbon de Cordemais. La plus proche centrale nucléaire est à 340 kilomètres. Le réseau peine vraiment à soutenir la charge lors de ces périodes de fortes consommation. Pour tenter de diminuer le problème, un projet de centrale au gaz est à l’étude dans le Finistère.

Sur la Cote d’Azur, le mécanisme est un peu le même ; forte densité de population donc importante demande. Les sites de productions sont moins éloignés. En revanche, le transport d’électricité ne se fait ici que le long de la cote sur une ligne. Un projet de ligne à travers le Vercors est gelé par des oppositions environnementales. La distance est moins grande, mais le nombre de ligne est plus problématique.

Alerte orange

La situation est telle que cette semaine la Préfecture de Bretagne publiait un communiqué de presse parlant d’alerte orange EcoWatt. Il s’agit de demander aux habitants de le Bretagne de freiner leur consommation d’électricité. Le gestionnaire du réseau (RTE) en est à freiner ses clients pour pouvoir maintenir le service.

Situation problématique

Récement je visitais un appartement en France. Une construction neuve chauffée à l’électricité. J’ai posé la question quant aux performances thermiques du bâtiment ; classe D m’a-t-on répondu. On sait faire – sans que le surcoût soit exorbitant – le même logement mais avec une consommation trois fois inférieure.

En France, on a fait le choix de privilégier le chauffage électrique des locaux. Lors des périodes de fortes consommation, le réseau (production, distribution) arrive à ses limites. Si rien n’est fait il y a fort à parier que des coupures dans le réseau arriveront tôt ou tard.

Situation problématique, alors que des solutions existent : renforcement des normes sur les constructions neuves, aides à la rénovation, incitation à chauffer autrement (PAC, bois, réseau de chaleur, etc), etc.

Un truc m’échappe, ou pas.