Balade en vélo : Lausanne – Lucerne

Aujourd’hui, je vous emmène visiter l’Emmental et Lucerne. Pourquoi Lucerne me direz-vous ? Le jour où j’ai fait mon Lausanne – Berne, Fabien, un pote, se promenait en Suisse mais par le train. On publiait tous les deux sur Twitter, pendant nos promenades, des photos de la Suisse que nous avions sous les yeux. L’idée nous a plu de le faire comme ça, en même temps. On s’était d’ailleurs retrouvé le soir dans un bar bernois.

Il fallait trouver un nouveau point de chute, pour la fameuse bière à l’arrivée : Lucerne. On se trouve un jour de dispo en commun, et un jour où la météo semblait ok. Je dis bien semblait.

Voici donc une petite cartographie de la promenade.

carte

Départ de Lausanne en vélo à 7h00 pour ma part. La première partie du trajet est identique à celle du billet précédent, jusqu’à Bulle. Je ne vais donc pas me répéter. Bulle marque les 35 premiers kilomètres de la balade. Ne pas oublier d’y refaire les niveaux d’eau. De là, je pars sur la rive gauche du lac de la Gruyère en direction de Riaz où il faut tourner à droite en direction de Corbières. La route entre Bulle et Riaz n’est pas très agréable, elle est assez passante. La route de l’autre coté du lac est plus calme et plus jolie, mais il y a un détour de 4 ou 5 km à faire, avec un terrain moins plat.

Le lac de la Gruyère vu depuis le pont le traversant.
Le lac de la Gruyère vu depuis le pont le traversant.

À Corbières, sur la rive droite du lac, la route est calme. Elle est vallonnée mais pas de pourcentages à faire mal. On y a de temps en temps, de jolies vues sur le lac. Plus tard, on arrive au Mouret, ici on quitte la partie francophone de la Suisse. On prend la direction Giffers. On passe dans ces trois petites villes : Giffers, Plasselb et Plaffeien. La dernière est assurément la plus jolie : au fond d’un vallon, les montagnes tout autour et une magnifique église. Un arrêt se justifie totalement. Depuis Lausanne, nous sommes à 66 km de route. Et plus vraiment d’arrêt possible avant de franchir le col du Gurnigel.

À la sortie de Plaffeien la route est relativement plate pendant quelques kilomètres le long de la Singine, rivière ayant donnée son nom à cette région et au dialecte suisse-allemand parlé localement. Ici s’offre un choix, prendre la route directe pour Lucerne, on va y revenir, ou monter jusqu’au Lac Noir. Pour y aller, il faut faire un petite montée (4 ou 5 km). C’est un endroit très joli, possibilité d’y dormir. Il y a des activités nautiques en été et c’est une station de ski l’hiver. Je n’ai pas fait ce détour. À partir du moment où la route commence à monter, l’ascension du col dure 16 km. La pente est très irrégulière, c’est une montée par paliers mais sans réellement de murs infranchissables. Les paysages y sont très jolis et la route totalement déserte. C’est vraiment calme.

Ici aussi on trouve de vieux ponts de bois.
Ici aussi on trouve de vieux ponts de bois.

Pour ma part, l’ascension s’est faite correctement. Juste les derniers kilomètres sous la pluie et le froid. Comme en témoigne la photo ci-dessous.  En haut du col, il y a un restaurant. J’y ai fait un arrêt alimentation.

Passage de col légèrement brumeux.
Passage de col légèrement brumeux.

Il parait qu’il y a un joli panorama sur les Alpes bernoises depuis le col. Il parait… De ce que j’ai perçu de la descente, les paysages doivent être très beaux. La descente est très pentue. Le passer en vélo dans l’autre sens ne doit pas être une partie de plaisir.

Au pied du col, nous arrivons à Riggisberg dans le canton de Berne, 100 km depuis Lausanne. Il faut ici traverser la vallée de l’Aar, un des plus gros affluents alpestres du Rhin. La rivière est très canalisée, rien de sensationnel à voir. Je suis passé par le village de Kirchdorf, petit arrêt pour l’eau. Ensuite direction Jaberg, Kiesen puis Oppligen. À Oppligen, on quitte la vallée de l’Aar pour entrer dans l’Emmental.

Je traverse l’Emmental par Konolfingen. La route est très passante, mais les voitures et camion sont relativement sympa. On trouve aussi de très nombreuses espaces privatifs pour les vélos pour rouler en sécurité.

Paysage de l'Emmental.
Paysage de l’Emmental.

Un peu plus loin on arrive à Langnau Im Emmental. L’endroit est assez grand pour s’arrêter boire et manger et probablement y dormir. Lausanne est 140 km derrière soit.

 

Une vue de Langnau.
Une vue de Langnau.

Peu après Langnau, on entre dans l’Entlebuch. Il s’agit d’une biosphère protégée par l’UNESCO. Les paysages sont très beaux. La route est toujours très passante, mais souvent aménagée. Ca roule relativement bien. Pour ma part, j’ai eu pluie et grêle dans cette région.

L'Entlebuch.
L’Entlebuch.

À Entlebuch (le village), nous avons quitté Lausanne depuis 168 km. Le village est joli mais sans plus. Ici, un choix s’offre pour rejoindre Lucerne. Soit on peut continuer sur la route principale avec son trafic, soit on prend le col du Rengg. Le Rengg permet de faire quelques kilomètres de moins, il est très court (environ 2 km), mais ses pentes sont très très fortes. J’ai vu une voiture caler en me doublant dans une épingle… Avec des vélos trop lourds, ce doit être un calvaire.

La descente du Rengg se fait dans une très jolie vallée assez calme, avec vue sur les Alpes. Ca faut le coup de se faire mal pour monter.

Les quelques kilomètres restant jusqu’à Lucerne sont relativement plats. L’arrivée sur Lucerne est source de joie, vue sur le Pilatus (la montagne), puis on voit enfin le fameux Kapellbrücke. Fabien et moi nous y sommes retrouvés pour partager cette bière tant désirée tout au long de la journée.

Le Kapellbrücke. Crédit : Edwin Lee - CC By SA
Le Kapellbrücke. Crédit : Edwin Lee – CC By SA

Environ 190 km pour cette balade entre Lausanne et Lucerne. Dans ce billet, je mentionne relativement peu les points d’eau. Ayant eu des conditions météos assez humides j’ai bu relativement moins. Mais j’ai toujours trouvé des villages avec des fontaines proches les uns des autres. Il faut juste faire attention à la longue montée du Gurnigel qui, par temps très chaud, peut s’avérer piègeuse pour l’eau.

Note : désolé pour la qualité des photos, la météo n’a pas aidé.

Advertisements

Une réflexion sur “Balade en vélo : Lausanne – Lucerne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s