Mariage pour tous

Alors voilà, la France est en train d’accorder le droit de se marier aux couples homosexuels. J’ai la chance, je trouve que ça l’est, d’avoir croisé des gens d’opinions diverses et parfois très variées. Il y a donc un peu de tout comme idées sur le sujet dans mes contats ; cela va de c’est la meilleure nouvelle du siècle à c’est la fin de la civilisation occidentale en passant par je m’en fous.

La première volonté de ce billet n’était pas d’exprimer mon avis sur le fond, mais tant pis, je vais le faire. Je trouve ça bien, ça va permettre de donner des droits similaires à tous les enfants et couples. J’entends souvent qu’autoriser ce mariage va déstabiliser l’éducation des enfants concernés. Si c’est vraiment ce que les gens pensent, il ne faut pas aller manifester dans la rue pour dire non à ce mariage, mais il faut demander l’interdiction aux gays et lesbiennes d’élever des enfants. Parce que ça, c’est déjà le cas depuis un bon moment. Hein. Un peu de logique messieurs dames. 

Je voulais parler de ce mariage ici non pas pour donner mon avis sur le fond mais pour réagir à une partie de l’argumentaire des opposants. Cet argumentaire expose que ce mariage est une mauvaise chose pour l’éducation des enfants. Ainsi donc 300 000 à 1,4 millions de personnes (si le baron Haussman pouvait donner son avis sur la taille des avenues parisiennes…) sont prêtes à manifester dans la rue pour montrer leurs soucis quant à l’éducation des enfants des autres. J’ai 34 ans, je n’avais jamais vu la société française si altruiste. 

Moi ce qui me soucie vraiment c’est l’aveuglement de la société. On fait des enfants, parfois en nombre élevé. On vit dans une société de consommation dans laquelle on sait que nos enfants ne pourront pas vivre. Oui, du pétrole il n’y en aura plus dans 40 ans. L’électricité nucléaire, c’est pas franchement mieux. Aujourd’hui, un occidental consomme globalement 2.5 fois ce que la Terre est capable de lui fournir. 

Bref, on vit dans une société où les gens font des enfants et se mettent des œillères sur le fait que cette société n’est pas apte à les faire vivre en l’état. Mais on préfère aller se mêler des fesses des autres sur comment ils éduquent leurs enfants.

Un truc m’échappe.