TL – Acte 1

Les transports publics de Lausanne et sa région sont couramment appelés TL, sigle correspondant à leur ancien nom : Tramways Lausannois. Les TL comptent une ligne de tramway (le TSOL, ou M1), une ligne de métro (le M2), des trolleybus et des bus. Le M2 est une ligne de métro sans conducteur, c’est important de le préciser.

Devant le nombre de saloperies réalisées par les conducteurs des bus des TL avec leurs volants, je me résigne à les décrire ici-même. Histoire de recenser tout cela.

Je tends à me déplacer souvent à Lausanne en vélo. J’habite au-dessus d’Epalinges. Le voyage aller vers le centre de Lausanne se fait donc en descente à une vitesse sensiblement identique à celles des voitures et des bus, aucun problème de cohabitation à déplorer. Le retour, c’est nettement plus délicat, voir clairement dangereux à certains moments.

Passons donc à l’acte 1. Hier après-midi (17H), je quitte la place de la Riponne pour remonter vers Epalinges. C’est grosso modo 6,5 km pour 300 mètres de dénivelé positif. Peu avant d’arriver au carrefour des croisettes (entrée d’Epalinges), je suis correctement sur la droite de la chaussée qui à ce endroit est une double voie avec terre-plein central. Je suis casqué, pas de musique sur les oreilles. Quelques voitures me doublent et viennent s’agglutiner au carrefour en question. Petit à petit je me rapproche du carrefour en question. Et là j’entends un bus des TL tenter un dépassement, je vais un premier signe pour montrer que non. Je vais bientôt arriver derrière la file de voiture en attente au feu, le dépassement est donc inutile.

Le chauffeur des TL entame néanmoins son dépassement, du coup je découvre qu’il s’agit d’un bus articulé. Il s’est passé ce qu’il devait se passer. Le bus a mis un certain temps à me dépasser pour ensuite se rabattre complètement sur la droite. Je n’avais plus la place de le remonter par la droite. J’ai donc remonté le bus par la gauche, pour faire un debriefing de la situation avec le chauffeur. J’ai clairement eu le temps de remonter le bus et de discuter avec le chauffeur avant que le feu au vert remette la circulation en route. Cela montre clairement que le dépassement était inutile. Le chauffeur serait resté derrière moi il aurait été au même endroit lors de la mise au vert du feu.

Le plus drôle est encore à venir. J’explique au chauffeur en quoi son dépassement était inutile et lui demande pourquoi il a complètement serré la droite après m’empêchant de passer. La réponse vaut se pesant de cacahuète.

J’ai serré à droite parce que les vélos n’ont pas le droit de doubler par la droite.

J’avoue, j’ai ri. Ce chauffard, pardon ce chauffeur des TL entame un dépassement totalement inutile (aucun gain de temps sur son parcours) et réalise une manœuvre pour volontairement emmerder un vélo. Pour info, le code la route, n’interdit aucunement à un vélo de remonter une file de véhicules à l’arrêt par la droite, chose confirmée par la police vaudoise. Il est juste nécessaire de faire attention aux angles morts dus aux rétroviseurs.

Pour ma part, j’ai deux fautes dans cette histoire. 1) J’ai oublié de noter le numéro du bus. 2) J’avais oublié d’allumer la caméra. J’ai souvent une petite caméra HD sous le guidon du vélo. Histoire de garder des traces.

J’en viens franchement à me demander si les routes lausannoises ne seraient pas beaucoup plus sures si les TL se dotaient de bus sans chauffeur comme ils ont su le faire pour le métro. Parce que là, on a un aveu clair de manœuvre dangereuse.

Chers TL, merci de me faire tant détester les bus.

Advertisements

Une réflexion sur “TL – Acte 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s