Cyclo du Léman

Dimanche 29 mai nous avons donc participé au Cyclotour du Léman. Je vais tout de suite répondre à Sylvain : Tout-à-fait !

Nous nous sommes inscrits pour le parcours de 60km, surement trop justes pour les 110 km cette année. Dimanche matin réveil matinal, on prépare les bidons et les barres de céréales, on met les vélos dans la voiture et on part sur Genève. Le départ est programmé pour 9h30. On s’élance donc depuis ce charmant petit port de pêche en direction de la grande ville.

Mettons les choses au point tout de suite,  le dénivelé du parcours était plutôt plat :

Dénivelé du cyclotour du Léman - parcours 60 km.
Dénivelé du cyclotour du Léman - parcours 60 km.

Donc un peu plus de 50 km (je ne sais toujours pas où les organisateurs sont allés chercher les 60 km annoncés …) et un dénivelé pharaonique de 218 mètres en montée, avec une altitude comprise entre 376 et 409 mètres. La cote la plus haute ne pouvait donc faire que 33 mètres de dénivelé.

Parcours donc tout plat, je suis tout le temps resté sur la grosse plaque, le 52 dents. Ça, ça fait sacrément plaisir, ça donne de bonnes sensations. On est donc parti assez rapidement, Fanny a bien suivi. On s’est même plutôt bien comporté par rapport à la moyenne. A mi-course un groupe de gros rouleurs (5 ou 6 personnes) est arrivé de l’arrière, ils se sont mis tranquillement dans nos roues, on a passé des relais, ils sont restés à notre vitesse. Ça aussi c’est cool.

Fanny m’a étonné, il y a trois ans elle avait du mal à chausser des pédales automatiques maintenant elle passe des relais avec les mains en bas du guidon et elle appuies bien ses relais. Elle apprend très vite !

Moi j’ai bien roulé, j’ai fini quelques secondes avant Fanny, dans le dernier kilomètre j’ai voulu aller frotter dans un gros paquet.

Publicités

3 réflexions sur “Cyclo du Léman

  1. Puisque les préoccupations des occupants des lieux tournent autour du vélo, de la photo, de la géo-loc, des GPS, et des monuments historiques (ou leur équivalent suisse) pourquoi ne pas avoir tout mélangé ?
    Prendre son vélo avec le GPS monté dessus, et prévoir un circuit qui passe par divers points d’intérêts, géographiques ou historiques, qu’il reste à illustrer pour WP.
    je pratique ça régulièrement et le vélo a un avantage énorme: on peut faire de suffisamment grandes distances pour trouver des choses intéressantes à photographier (au pire faire un bout en train), et ça a une très grande souplesse pour s’arrêter n’importe où et pour chercher et photographier tranquillement les points d’intérêts.
    Enfin bon, c’est ma méthode et je la partage 🙂

    1. Totalement d’accord. 😀
      Par contre j’ai une utilisation extrême du vélo (poids minimal) et du matos photo qui pèse lourd 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s