Présenter notre nébuleuse wikimédienne

Qu’est ce que j’appelle la nébuleuse wikimédienne ?

 C’est le fait d’avoir une fondation (Wikimedia Foundation), basée aux États-Unis, qui gère principalement la technique de l’ensemble des projets Wikimedia. Ces projets sont thématiques (Wikipedia, Wikibooks, Wikitionary …) et linguistiques. Chaque projet thématique a ses caractères et buts propres, on retrouve ces projets thématiques dans de nombreuses langues, exception faite de Wikimedia Commons qui est une grande bibliothèque de documents multimédias libres, projet qu’on abrège en Commons. Ce projet est commun a toutes les langues et sert pour tous les projets thématiques pour les illustrations. À cela il faut rajouter les Chapters, associations nationales, telles Wikimédia France ou Wikimedia CH qui ne sont pas centrés sur une langue mais un pays, a contrario des projets thématiques qui sont centrés sur une langue et indépendants d’un pays. Néanmoins des associations comme Wikimédia France ne sont concernés que par les projets thématiques d’une langue (le français) au contraire d’associations comme Wikimedia CH qui sont concernées par plusieurs langues (Allemand, Français, Italien, Romanche).

 Bon vous y avez compris quelque chose ? Non et c’est bien normal. Nous, contributeurs, sommes habitués à cela. Du coup nous avons une certaine facilité à comprendre comment fonctionne tout ce bouzin, et encore… Mais mettez-vous à la place des gens du dehors. Il existe en effet une catégorie de personnes, que je vais appeler les gens du dehors, pour lesquels Wikipedia, Commons, la fondation, les chapters, les projets thématiques se résument à un mot : Wikipédia.

 Parmis les gens du dehors il y a mes parents, mais aussi des gens très influents. Pour mes parents, je peux prendre le temps de tout expliquer autour d’un bon repas et d’un bon vin. Pour les autres, c’est plus compliqué.

 Je suis bénévole dans la création de contenu libre (article, photo …) mais aussi dans la promotion de nos projets auprès des gens du dehors. Ces personnes nous permettent d’obtenir des accréditations pour des évènements, font parties des médias nationaux, ont du pouvoir dans la libération de contenu par un droit d’auteur trop restrictif … Bref, ces gens sont potentiellement utiles mais ne connaissent rien à notre nébuleuse wikimédienne.

 Je fais relire mes mails à d’autres wikimédiens pour la suppression des fautes d’orthographe. Plusieurs fois le contenu des mails a surpris quant aux raccourcis que je prenais. En effet, je simplifie grandement la situation de notre nébuleuse. Mon point de vue est qu’un premier contact doit donner envie de poursuivre la discussion. Si le premier mail assomme l’interlocuteur par sa complexité, le contact ne s’établira pas. L’interlocuteur n’aura probablement pas envie d’aller plus loin. Au risque de m’attirer les foudres de certains, je venais donner un exemple. L’autre jour j’ai présenté Commons comme étant un outil multimédia de Wikipédia. J’avais besoin de parler de la relation technique entre les deux entités. C’est un raccourci plus que rapide, mais je voulais pas ressortir le pavé présent en tête de ce mail.

 Mon point de vue a été conforté en mai dernier, quand j’avais préparé cette émission sur Couleur 3 à la Radio Suisse Romande. Au cours de nos discussions avec Xavier Studer, le présentateur, j’avais expliqué toute la nébuleuse à ce dernier. Il m’a rapidement dit qu’on ne parlerait pas de tout pendant l’émission (environ 30 minutes d’antenne). Il m’a dit que c’était trop compliqué pour ce laps de temps de radio.

 Un long post pour conclure sur le fait que vous souhaitez prendre contact avec des personnes ou des entités extérieures au monde Wikimedia il faut vraiment faire simple. N’hésitez pas à faire des raccourcis, n’hésitez pas à ne pas tout dire ou tout présenter. Le premier challenge est de donner envie à la personne en face de commencer à parler avec nous. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la complexité de notre nébuleuse n’est pas adéquate pour ce genre de choses. 

Ludo

Publicités

Label encore et toujours

Bonjour et bonne semaine à tous chers lecteurs, 😉

Un hop un nouveau billet sur les labels. Je n’avais, en fait, pas tout dit dans le précédent et puis une intervention de Touriste ce matin m’a poussé à bloger. Touriste est un contributeur que j’estime beaucoup, et là encore il nous sort une intervention de qualité si j’ose dire.

Ca passe toujours sur la proposition en AdQ de Histoire de la Suisse, voici son intervention. Sur la pertinence de ses critiques, j’en trouve certaines justifiées et vraies. Pour les autres, je ne suis pas compétent. Nan ce qui me plait beaucoup, c’est la dernière intervention, je cite :

Voilà, je ne vote pas par ailleurs ne me sentant pas assez de compétences sur le sujet, mais profite de la présentation au label pour déposer ces remarques qui peuvent (surtout les deux dernières) servir aux participants à l’article.

En fait, c’est mon idéal pour les labellisations : des critiques constructives et savoir admettre ne pas être epxert dans le domaine. Donner des bases de réflexions aux auteurs pour améliorer l’article.

De mon coté j’ai été pas mal pris sur la rédaction de Géographie de la Suisse. J’ai fait un gros travail sur cet article, j’ai encore quelques points à fignoler pour que ce soit un bel article. Et après dois-je le proposer au label ? Grande question ! Pourquoi proposer au label un article ?

Après avoir passé de nombreuses heures (et plus) sur un article on a parfois envie que ce travail soit un peu reconnu.  Un label c’est donc aussi montrer aux autres contributeurs que notre présence sur Wikipédia ne se résume pas à alimenter deux trois trolls sur le bistro. De surcroit pour un administrateur, c’est aussi montrer qu’on est toujours passionné par l’espace encyclopédique et donc que notre raison d’être sur WP n’est pas notre balais.

Du coup, je suis très partagé sur le fait de proposer ou non cet article. Je critique le processus d’obtention de ces labels, je lui trouve des défauts, mais j’en serais fier si cet article obtenait un label que faire ?

L’article en lui même ne traite pas de tout ce qui peut être dit sur la géographie de la Suisse. La version imprimable de l’article fait 33 pages, c’est très loin de ce que tout ce qui est produit annuellement sur le sujet rien qu’en travaux de recherches. C’est aussi très loin de tous les ouvrages que j’ai à la maison sur le sujet. Comme je le dis Popo, c’est un article qui présente les grandes idées de la chose et permet au lecteur de se faire une idée du sujet. C’est un peu comme cela que je l’ai pensé. Bien entendu, chacun pourra me dire qu’il manque quelque chose dans un domaine ultra particulier qu’il connait…

Bref. Je ne sais pas trop quoi faire.

Ludo